0

La déco durable passe par des choix écoresponsables

Publié le 30 septembre 2019 par Lyne Bouchard développement durable et écologie

Cuisine faite de matériaux durables
Déco durable et choix écoresponsables : comment être plus respectueux de l’environnement lorsqu’on décore un intérieur ?

L’environnement est au cœur de toutes les préoccupations actuelles. Vous l’ignoriez peut-être, mais il est possible d’adopter une réelle démarche responsable lorsque l’on choisit de nouveaux meubles et accessoires pour un intérieur.

Voici 7 clés pour vous aider à faire des choix plus responsables en termes d’ameublement et de décoration d’intérieur.

1. La nature du matériau

Les matériaux de la chambre ont été choisis dans un esprit d'ecoresponsabilité

Total Concepts

La nature des matériaux sélectionnés est l’une des premières choses à vérifier pour un choix plus responsable. Si les matières naturelles semblent être la meilleure option, la question de la durabilité des matériaux est plus compliquée qu’il n’y paraît.

Les matériaux dits écologiques se classent en trois catégories :

  • Les matériaux biosourcés : ce sont des matériaux issus de la biomasse d’origine animale ou végétale pouvant être utilisés comme matière première dans les produits de construction ou de décoration. On y retrouve : le bois, le liège, le lin ou encore la laine de mouton. Les matières de formation géologique ou fossile ne font pas partie de la biomasse.
  • Les matériaux biodégradables : Il s’agit des matériaux capables de se décomposer selon un processus naturel. Toutefois, la nature biodégradable d’un matériau est relative : il faut en effet pouvoir organiser sa collecte et le mettre dans un environnement favorable à sa dégradation.
  • Les matériaux recyclables : Ils regroupent tous les produits pouvant être recyclés ou valorisés en fin de vie. On y retrouve : le plastique, le verre, l’aluminium et le papier. Là encore, cela demande l’existence d’une filière de recyclage adaptée. Cette structure devra pouvoir transformer l’objet en fin de vie en nouvelle matière première.
Chaises en plastique recycle
Do Shop

2. Le nombre de matériaux utilisés sur un même produit

Moins le nombre de matériaux utilisés pour réaliser un produit est important, plus le produit en question sera facile à recycler. On parle alors de mono-matière pour faciliter le recyclage. En effet, les pièces de mobilier, ou autres accessoires, façonnées à partir d’un seul matériau, sont plus faciles à intégrer à une filière de recyclage. Elles n’ont pas besoin d’être démontées en amont pour séparer les matières.

3. La durée de vie du produit

Bjurfors.se

La durée de vie d’un produit est un facteur important pour mesurer son impact sur l’environnement. En effet, plus la pièce est résistante, moins elle aura besoin d’être remplacée, impliquant l’utilisation de ressources et matières premières supplémentaires. Voici un truc pour mesurer la durée de vie d’un produit : connaître sa période de garantie.

4. Les procédés de fabrication impliqués

La matière en elle-même peut être durable sans que son procédé de fabrication ne le soit. C’est le cas par exemple de certaines matières obtenues par combustion d’énergie ou grâce à des procédés industriels qui émettent des gaz à effet de serre. Mais cela peut aussi concerner l’utilisation de solvants ou de métaux lourds pour la création d’une matière, ou encore une gestion peu réfléchie en fonction de l’environnement. Il faut savoir que la production d’un produit est souvent l’étape du cycle de vie dont l’empreinte écologique est la plus importante.

Heureusement, au-delà des efforts réalisés par certains fabricants pour réduire leur impact sur l’environnement, d’autres innovent et créent de nouvelles matières à partir de procédés responsables.

5. Déco durable et choix écoresponsables : la provenance des matériaux

On le sait : pour consommer mieux, il faut consommer local. Favoriser les productions de proximité limite le besoin de transport, donc l’empreinte carbone des produits. Toutefois ce n’est pas toujours facile de faire jouer le local, car certaines filières n’existent plus ou pas du tout sur le territoire et à proximité.

Lorsque l’on en vient à parler de transport, la question de l’emballage se pose également pour réduire les déchets créés. Plusieurs efforts réalisés par les entreprises permettent de réduire l’impact écologique des emballages, allant de l’utilisation de matières recyclées ou biosourcées à l’écoconception même du produit pour faciliter son transport, en jouant par exemple sur son poids, son volume ou sa capacité à être démonté.

6. Le sort réservé au produit en fin de vie

Chris Snook

Pourra-t-il être réutilisé ou repris en seconde main ? La matière qui le compose est-elle facilement recyclable ? Autant de questions qu’il faut se poser pour envisager la fin de vie d’un produit. Plusieurs procédés de réutilisation sont alors envisageables :

  • Le recyclage : Bien connu, il consiste à récupérer les déchets pour les réintroduire, après tri et traitement, dans un nouveau cycle de production.
  • La seconde main ou le vintage : Il s’agit de remettre dans un circuit de vente des produits qui ont déjà eu une première vie, plutôt que de les jeter. On joue ainsi sur l’aspect durable dans le temps d’un produit pour économiser les ressources naturelles.
  • Le surcyclage (ou upcycling) : Le processus consiste à créer un nouveau produit à partir d’un matériau ou d’un objet en fin de vie. Avant même d’être recyclé, ce qui est considéré comme un déchet devient alors une ressource.

7. L’impact social du produit

Lorsqu’on évoque l’aspect durable d’un produit, cela implique le respect de l’environnement comme des personnes. C’est pourquoi connaître l’impact social d’une production est aussi important pour faire un choix éclairé. Il existe différentes manières de le mesurer, parmi lesquelles :

  • Le commerce équitable : Ses étiquettes assurent que le droit des producteurs et des travailleurs a été respecté dans le cadre d’un partenariat commercial. L’objectif étant une plus grande équité dans le commerce mondial.
  • Les produits solidaires : Ils sont réalisés par des personnes en difficulté ou en situation de précarité, qui reçoivent alors des revenus pour le travail effectué.
  • Les produits caritatifs :Une partie des profits générés grâce à leur vente est reversée à des organisations caritatives. Le pourcentage en question est plus ou moins significatif en fonction des marques.

Il n’est pas facile de faire un choix en prenant tous ces critères en compte. Cependant, certaines étiquettes affichées sur les produits, d’ameublement ou textiles, peuvent vous guider.

Et vous, est-ce que déco durable et choix écoresponsables se conjuguent à la maison ?

Image d’appel : Total Concepts
Source : Claire Tardy
votre_maison_sur_son_36_signature_2018


Laissez un commentaire





(CAPTCHA) *