Fumer fait baisser la valeur des maisons

Publié le 18 avril 2013 par Lyne Bouchard immobilier

Fumer-fait-baisser-la-valeur-des-maisonsLe fait de fumer dans sa maison peut faire diminuer la valeur de la propriété jusqu’à 19 %, selon un sondage mené pour le compte de la pharmaceutique Pfizer Canada.

Selon des données de l’Association canadienne de l’immeuble, le prix moyen d’une maison au Québec en mars était de 272 500 $. En tenant compte d’une baisse de valeur de 19 %, le prix moyen chuterait à environ 221 000 $.

Les raisons les plus courantes pour lesquelles une maison est plus difficile à vendre sont l’odeur (55 %) et les préoccupations liées à la santé (31 %).  Les traces que laissent la fumée dans la maison, sur les plafonds, les murs et les tapis rendent aussi la propriété moins attrayante pour un acheteur.

Le sondage, qui a été conduit auprès de courtiers immobiliers du Québec et de l’Ontario, révèle que plus de moitié d’entre eux (51 %) considèrent que le fait de fumer dans une maison peut affecter la valeur de revente de cette dernière. Parmi ceux-ci, presque trois sur 10 (29 %) croient que cette valeur peut baisser de 10 % à 19 %.

La grande majorité des professionnels de l’immobilier (74 %) s’entendent pour dire qu’il est plus difficile de vendre une maison dans laquelle les propriétaires ont fumé. Plus de la moitié des répondants, soit 55 %, affirment que la plupart des acheteurs sont moins susceptibles d’acheter la maison de fumeurs, et 15 % estiment que la majorité des acheteurs sont même réticents à acheter une maison dans laquelle on a fumé.

Selon Santé Canada, 15 % des maisons sont habitées par au moins un fumeur régulier, au pays.

Le coup de sonde a été mené par Léger Marketing.

Le communiqué de Pfizer : Partie en fumée : la valeur de revente d’une propriété où l’on fume pourrait diminuer de dizaines de milliers de dollars

Source : Canal Argent

Crédit photo : Micasa



Les finis de peinture

Publié le 17 avril 2013 par Lyne Bouchard décoration

renovation_peinture

Pas facile de s’y retrouver question de finis de peinture !

Les peintures sont disponibles dans plusieurs choix de finis. Pour assurer un bon résultat, vaut mieux s’y connaître un peu !

Conseils pour vous aider à sélectionner la bonne texture selon la zone à peinturer.

Mat (0 – 5 % de lustre)

Utilisé surtout pour les plafonds. Idéal pour camoufler les imperfections. Ne se lave pas et marque facilement.

Velours (5 % – 12 % de lustre)

Fréquemment utilisé pour les murs du salon et de la salle à manger ; fini presque mat donnant un très bel effet. Non recommandé pour les salles de bain ou les pièces à grande circulation. Aussi appelé fini coquille d’oeuf.

Platine (10 % – 20 % de lustre)

Fortement recommandé pour les pièces à grande circulation comme les corridors, chambres d’enfants, salles de jeux et entrées. Facile à nettoyer.

finis_de_peinture

Fotograf Rebecca Martyn

Perle (20 % – 30 % de lustre)

Souvent utilisé pour les cuisines et les salles de bain. Comme le platine, il peut être utilisé dans les pièces à grande circulation mais attention aux murs avec des imperfections : elles deviendront flagrantes !

Mélamine (35 % – 45 %)

Fortement recommandé pour les salles de bain où l’humidité est très présente ou peu ventilées. Attention aux imperfections. Aussi de mise pour les portes, cadrages, plinthes et moulures.

Semi-lustré (35 % – 45 % de lustre)

Idéal pour mettre en valeur portes, plinthes, cadrages, manteaux de foyer, moulures ou tout autre élément architectural.

Lustré (+ 80 % de lustre)

Moins souvent recommandé ; peut servir occasionnellement pour des portes mais laisse les imperfections paraître.

Chaque compagnie de peinture a développé ses propres finis et degrés de lustres. Renseignez-vous auprès de votre marchand avant de passer votre commande.

Image d’appel : John Lewis
Source : BMR